Le Smartmove : Bien joué l’araignée (4/4) – Opinion

L’idée d’intelligence réciproque qui fonde le principe du « SmartMove » ne peut se confiner au seul couple utilisateur/véhicule et les pouvoirs publics ont un rôle important à jouer. En effet, c’est à l’État et aux collectivités d’organiser la prévention et de former la jeunesse pour la transition. C’est aussi à l’État et aux collectivités d’encourager et d’orienter l’innovation vers des déplacements raisonnés. Plus encore, cette démarche nécessite un relais au coeur des entreprises qui doivent inciter les salariés à partager leurs véhicules mais surtout leurs idées. Il reviendra alors à l’État de récompenser les entreprises, car l’erreur serait de présenter ces enjeux comme des contraintes alors que nous avons tous quelque chose à y gagner.

Mais c’est aussi aux pouvoirs publics de prendre en main la transition en réfléchissant aux connexions possibles entre chacun de nos moyens de transports. À l’avenir nous utiliserons davantage notre vélo, le bus, le métro, le tramway et le train. Nous continuerons également à exploiter le bateau et l’avion. En revanche, ceci ne sera possible que si les transferts de l’un à l’autre sont améliorés et optimisés. Grâce à l’innovation peut être, pour que nos vélos trouvent facilement leur place dans nos voitures, les bus ou les trains. Grâce à l’organisation essentiellement, aidés de nos appareils intelligents et surtout des aménagements des horaires, des gares de transfert et des grilles tarifaires. À titre d’exemple, je choisirai ici une ville que je pratique quotidiennement depuis 8 ans et qui n’a certainement pas valeur d’exception : Lyon. S’il est une chose qu’on ne peut reprocher à cette citée, c’est à l’évidence la qualité de ses transports en communs. En revanche, de nombreuses incohérences attirent régulièrement mon attention. J’en citerai trois pour illustration.

La première est peut-être la plus pénalisante lorsqu’il s’agit d’inciter les personnes venues de l’extérieur à utiliser les transports en commun. En effet, les gares relais situées en périphérie de la ville sont peu nombreuses, et rarement localisées en amont des axes routiers qui concentrent les bouchons. Ces omissions sont probablement liées au coût des aménagements, mais je pense qu’elles doivent concentrer toute notre attention.

La seconde, peut-être un peu superficielle face aux enjeux décrits précédemment, montre ce qu’il nous reste à faire en terme d’optimisation des connexions. Dans quelques gares, les correspondances entre le métro et le tramway se font dans des espaces étriqués et il est parfois nécessaire de traverser de grandes avenues pour atteindre sa correspondance. Perte de temps et défaut de sécurité contribuent à décourager les moins téméraires qui se rabattront rapidement sur leur véhicule particulier.

La dernière est peut-être la plus économique des constatations. Récemment, une ligne de tramway rapide a été mise en place pour relier le centre économique de la Part-Dieu à l’aéroport Lyon Saint Exupéry. Du point de vue de l’utilisateur occasionnel que je suis, le service est irréprochable. Cependant, si l’on considère que la mission d’un tel service est d’attirer le plus grand nombre pour épargner un peu l’environnement, sont prix est incohérent. Sur les trois quarts de son parcours, ce tramway rapide, exploité par un opérateur privé, empreinte les voies d’une ligne de tramway existante. Pourtant le prix de son ticket est presque dix fois supérieur à celui du ticket des transports en commun avec lesquels il ne permet aucune liaison si vous n’ajoutez pas quelques euros à l’addition. Un tarif préférentiel vous exempte de 2 euros par aller si vous êtes étudiant ou si vous achetez une carte valable pour 6 trajets, mais le voyage vous coûtera encore 11 euros par aller, malgré la réduction. L’achat d’un billet aller-retour pour quatre personnes, valable du vendredi au lundi n’est guère plus économe qu’une semaine de parking longue durée. Pour comparaison, ce service est plus cher qu’à Amsterdam, Madrid, Berlin ou Rome.

Loin de toute prise de position politique, cet exemple à valeur de remise en question face à des choix qui vont parfois à l’encontre de tout pragmatisme. Non que ces choix n’aient aucune justification car à l’évidence ils en ont. En revanche nous pouvons nous demander s’ils ont été faits en se posant les bonnes questions. Ainsi, malgré l’essor du World Wide Web il semble qu’en matière de tissage de réseau nous ayons encore beaucoup de choses à apprendre des arachnides.

In Fine

Vous comprendrez que les propositions qui précèdent ne sont pas exhaustives et qu’elles n’ont en aucun cas valeur de vérité absolue. Il faut y voir la naissance d’un état d’esprit où l’on considère à parts égales les progrès de l’individu et ceux de l’outil. L’individu apprend à utiliser les transports différemment pour répondre à ses besoins économiques et sanitaires. Il adapte son véhicule pour répondre au mieux à ces enjeux, sans négliger la part de plaisir qu’il affectionne quand il est question de se déplacer. Il optimise les outils dont il dispose pour que son véhicule l’accompagne au mieux dans sa démarche de transition. Il est aidé par l’État qui remplit sa mission et contribue à faciliter la transition.

C’est de cette façon seulement que nous construirons intelligemment nos déplacements. Le « SmartMove » n’a pas de grandes ambitions, si ce n’est celle d’améliorer les transports qui constituent notre quotidien. Il est l’affaire de tous car ce sont toutes nos idées qui permettront de l’optimiser. Il n’est pas une contrainte au regard du temps et des vies qu’il permettra d’économiser. Son application n’a rien d’insurmontable et seul le manque de volonté peut entraver son succès à la fin de la prochaine décennie.

Son histoire est entre nos mains…

bd

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s