Le Smartmove : Adopter la meilleure conduite (2/4) – Opinion

De nombreux problèmes de santé publique bénéficient d’un relais éducatif et préventif important à destination des plus jeunes. Malgré les enjeux sanitaires liés aux transports (décrits précédemment), seule la sécurité routière bénéficie d’un écho conséquent au cœur de l’éducation. Il faut désormais apprendre à nos enfants que penser ses déplacements et les optimiser, c’est économiser de l’énergie. Economiser de l’énergie, c’est diminuer ses dépenses. Diminuer ses dépenses contribue à améliorer, un peu, sa qualité de vie. Economiser de l’énergie, c’est aussi limiter les émissions de polluants et préserver sa santé et celle des autres. Les arguments ne manquent pas et il est nécessaire de les intégrer précocement. Nos enfants sont de futurs consommateurs, de futurs automobilistes et ce sont eux qui contribueront aux plus grands bouleversements que nous connaîtrons à l’avenir. L’Etat se doit de leur enseigner la conduite à tenir. Quelle que soit la démarche éducative, c’est à nous adultes qu’il revient d’appliquer au mieux ces sages principes. En priorité, nous choisirons nos véhicules en fonction de nos besoins, raisonnables face aux montées d’adrénalines que nous promettent les automobiles gonflées aux hormones. Lorsque le temps et la distance le permettent, nous préférerons le bien-être d’une marche à pied ou celui de quelques tours de pédales, au confort ankylosant de notre douce berline. Lorsque l’automobile reste indispensable nous choisirons un véhicule électrique si l’autonomie des batteries convient à la distance que l’on parcoure chaque jour, un véhicule hybride si nos besoins sont plus conséquents. Si l’espace ne nous est pas nécessaire, nous préférerons de petits véhicules individuels à de gros monospaces. Nous utiliserons presque exclusivement les transports en commun. Au-delà du choix raisonné du mode de transport, il nous faut apprendre à optimiser nos trajets. Penser qu’un aller-retour vaut mieux que deux, qu’une automobile pleine vaut mieux que deux autos à moitié vides. Dans les zones rurales où l’utilisation de la voiture est presque indispensable, nous organiserons nos trajets domestiques avec le voisinage. Cependant, l’effort principal concerne indiscutablement les trajets du domicile au travail. Chaque matin, des milliers d’automobilistes s’amoncelles à l’entrée de nos villes, seuls au volant de véhicules pouvant transporter jusqu’à cinq personnes. Difficile de croire qu’il n’existe pas quelques dizaines de trajets compatibles qui nous permettraient d’économiser l’essence d’un véhicule et par conséquent autant d’euros et de particules. Appliqué à grande échelle, ce principe conduirait probablement à la réduction du nombre de véhicules empruntant des chemins identiques ce qui devrait à terme réduire les embouteillages. Si l’on garde en tête que diminuer les embouteillages c’est économiser encore davantage de carburant, mais aussi économiser du stress, du temps et tout un tas de choses qu’un cerveau seul ne peut imaginer, il n’est pas naïf de considérer que le jeu en vaut la chandelle. Ce sont autant de comportements que nous devons apprendre et enseigner aux jeunes citoyens. Mais le déplacement doit rester un plaisir, c’est pourquoi nous devons améliorer nos véhicules afin qu’ils nous simplifient cette démarche. bd

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s